Le 25 mai 2011 - Par

Comment fabriquer un serre-tête pour enfant facile et pas cher

J’ai beau parfois monter sur mes grands chevaux rapport au féminisme et aux codes de féminité qu’on transmet aux filles sans le savoir, je dois admettre que parfois, il y a du bon. Parce que ça y est, ma fille de même pas un an et demi est déjà une « vraie fille ».

J’ai du lui dire suffisamment souvent « va montrer ta belle robe à papa » : désormais, il me suffit de lui mettre une robe pour qu’elle aille immédiatement faire une petite danse devant son papa avec un grand sourire.

J’ai du lui dire suffisamment souvent « waou, c’est joliiii » en lui glissant une barrette dans les cheveux : désormais, elle  dit « waouuuu » dès qu’elle se colle un truc sur la tête. C’est même un de ses premiers mots.

Et franchement, c’est juste trop mignon.

Hier, elle a passé 10 minutes à jouer avec un vieux et moche serre-tête en plastique, le mettant, l’enlevant, le remettant, le tout ponctués de plein de petits « waou » et de petites courbettes devant papa.

Cinq minutes plus tard, me voilà fouillant dans ma boîte à couture.
Etait-ce pour terminer les ourlets des rideaux du salon qui attendent depuis 3 mois ? Non.
Etait-ce pour raccommoder le jean du cadet qui va bientôt être trop petit pour lui ? Râté encore.
Etait-ce pour recoudre le bouton de mon manteau qui est tombé aux alentours du 1er octobre ? Pas du tout.

Non, je fouillais pour remédier à une urgence absolue : je n’allais quand même pas laisser ma fille faire son apprentissage de girlitude avec un serre-tête aussi moche. Me voilà donc illico presto en train de fabriquer de petits serre-têtes élastiques qui seront doux à mettre et à enlever. Inspirée par les millions de photos de serre-têtes vues lors de la préparation de mon mariage l’année dernière, je cherche une longueur d’élastique un peu joli pour y attacher quelques fleurs en tissu qu’une amie m’avait fabriqué pour le mariage en question et que j’avais choisi de ne finalement pas utiliser.

Mais en farfouillant dans les méandres de ma boîte à couture (une couturière à plusieurs étages héritée de la grand-mère de M. Dentelle et très très bien fournie), je tombe sur ma collection de boutons. Ahhh. Des « headbands », il me semble en avoir vu aussi avec des boutons. Et tout de suite, un serre-tête avec des fleurs devient tellement classique ! Vite, me voilà en train de coudre des boutons sur une longueur d’élastique que j’ai coupé à la mesure de la tête de ma petite.

Waou !

Et celui avec les fleurs est plutôt sympa aussi, mais j’ai à peine eu le temps de le prendre en photo parce que mon modèle en avait assez.

Elle était pressée de retourner à ses activités habituelles : tremper le pied dans la gamelle d’eau du chien, plonger des rouleaux de papier toilette dans la cuvette des chiottes, vider les tiroirs de la commode de son frère…

Et 30 secondes plus tard, je récupérais le serre-tête dans la gueule du chien…

Anne Delacour Une chronique signée
Blogueuse et coach mariage chez Mademoiselle Dentelle, Anne Delacour est également fan de graphisme et adore bidouiller dans Photoshop à ses heures perdues.